PORTRAITS DE VI(LL)ES

Exposition à partir du 1er juin 2021

Partenariat : Théâtre de Sartrouville et des Yvelines - CDN et la ville de Sartrouville (Yvelines / Ile de France)

02 FATOU P.jpg
02 FATOU L.jpg

«Les cinq doigts de la mains sont tous différents mais aussi tous reliés et surtout tous ont leur utilité, leur place. C’est ça que j’aime dans cette cité nous sommes comme une grande famille.»

Partant du constat que le théâtre ne peut plus accueillir qui que ce soit, Catherine Vrignaud Cohen a proposé de venir à la rencontre de la population pour recueillir leur parole.


Chaque personne, couple, famille, amis… invite l’artiste à découvrir un lieu à Sartrouville qu’ils affectionnent : le parc d’à côté, leur cuisine, une salle d’association, une rue… Le temps d’une rencontre, ils échangent sur leur parcours de vie à travers leurs lieux d’habitation (cartographie géographico-intime), sur leur rapport à la cité, à leur quartier.  Suite à cette rencontre, Catherine Vrignaud Cohen fait deux photos.

 

Une photo « objective » du lieu de rencontre (plan très large, neutre, vide). Et un portrait de la ou des personne(s). Ce portrait, se co construit entre la personne et la photographe pour impliquer l’habitant.e dans le processus créatif. Pour clôturer cette rencontre, ils décident ensemble de ce qu’ils vont retenir de ce partage, pour concevoir une légende. De cet échange, Catherine Vrignaud Cohen en fait un diptyque (portrait noir et blanc + lieu vide en couleur) avec la citation choisie.


En parcourant la ville ainsi, Catherine Vrignaud Cohen tisse un lien invisible entre les habitants. C’est comme si elle tirait le fil oral d’une pelote de laine et qu’elle créait une toile qui dessine le territoire. C’est particulièrement nécessaire dans cette ville divisée en deux parties qui se côtoient très peu et qui ont du mal à se mélanger. Elle prend son bâton de marche et devient le trait d’union entre les deux. L’exposition des photos feront côtoyer des citoyens qui d’habitude ne se voient pas et créera des ponts invisibles entre eux.

04 CHRISTIANE L.jpg
04 CHRISTIANE P.jpg

« Cette maison a une âme. Mon père l’a bâtie. J’ai vu défiler mes parents, mes soeurs, ma grand mère, dans le jardin, je me souviens, je me suis mariée et j’ai eu ma fille, il y a eu les décès aussi. Elle ne s’écroulera jamais cette maison. »

TERRITOIRES INTIMES

Exposition à partir du 7 JUIN 2021

Partenariat : Quai des Arts et Centre hospitalier Fernand Léger, dans le cadre de Relais culture de la région et la DRAC dans le cadre de Culture et Santé (Argentan / Normandie)

Où se loge l’intime ? Où habite-t-on notre intimité ? Dans quel territoire ? Dans quel espace sacré et protégé ? Où peut-il s’exprimer ? Pour cette saison, si particulière, le Théâtre du Cormier et la Compagnie Empreinte(s) ont questionné l’intime sous plusieurs formes.

 

Catherine Vrignaud Cohen a été à la rencontre d’une classe de CM2 et d’un groupe tout public pour transmettre le langage de l’image. Les élèves et les adultes ont découvert l’outil photographique comme expression artistique. Ils ont été amenés à devenir photographe à leur tour et créer leur œuvre sur le thème de l’intime.

La restitution de ce parcours est une exposition photographique de regards croisés autour de l’intime : la chambre pour les élèves (« Territoire intérieur »), le corps pour les adultes (« Résonance intime ») et la disparition des visages pour Catherine Vrignaud Cohen (« Faces »). Toutes les photos au même endroit pour créer un récit en images des différents lieux de l’intime.

_MG_9963R-réduit.jpg

CHAMBRE TÉMOIN / FEMMES FLOTTANTES

Exposition à partir du 27 mai 2021

Partenariat : Quai des Arts et Centre hospitalier Fernand Léger, dans le cadre de Relais culture de la région et la DRAC dans le cadre de Culture et Santé (Argentan / Normandie)

L’idée est de créer un canal d’échange entre l’hôpital, la culture et les habitants du territoire. Avec son regard d’artiste, Catherine Vrignaud Cohen invite à faire un pas de côté sur le quotidien d’un hôpital. Elle fait résonner à la fois les paroles des soignants et celle des patients. Avec un enregistreur sonore, elle va arpenter les couloirs et récolter les témoignage d’infirmier.ère.s, d’auxiliaire de puériculture, d’aide soignant.e.s, de médecins, de chirurgien.ne.s… mais aussi des patients de ces chambres qui contiennent une histoire singulière. Le fil rouge que Catherine Vrignaud Cohen a choisi pour ces rencontres est le corps. Le rapport à son propre corps, le rapport entre le corps du soignant et celui du soigné, mais aussi l’épuisement du corps du soignant face à la souffrance du corps soigné, les souvenirs d’un séjour à l’hôpital ou d’une chambre qui a marqué particulièrement la parcours professionnel d’un soignant…
 

Après cette récolte, Catherine Vrignaud Cohen va en extraire des capsules sonores de quelques minutes. Toutes ces voix vont s’entremêler, se répondre pour créer un récit sonore de l’hôpital. Ces capsules seront restituées dans le cadre d’une installation plastique. Une chambre d’hôpital sera reconstituée pour l’occasion (le lit, la table à roulette, la perfusion, le berceau de l’hôpital, la table à langer, le dossier médical, un stéthoscope...). Des QR codes qui donneront accès à l’audio seront disposés à 5 endroits différents (sous l’oreiller, à la perfusion, sur la table…).

ECOUTER les témoignages

 

L’installation, appelée « Chambre témoin » sera itinérante (hôpital, Quai des arts et médiathèque) pour donner à entendre ces voix hors de l’hôpital. Cette installation s’accompagne d’une exposition photos « Femmes Flottantes » où seront exposées des photos d’une série de Catherine Vrignaud Cohen sur le thème du féminin et de l’intime.

Photo28_28.jpg

« On a tous une chambre qui nous a marqué. A chaque fois qu’on y entre, on pense à ce patient, à cette histoire. On n’y peut rien. Il peut se passer des années avant qu’on oublie… un peu. » - Cadre du service maternité