"Comment fraterniser dans un pays où les héros des uns sont les bourreaux des autres ?"

1 Texte / 2 formes
Forme hors les murs (45 minutes) - création 6 février 2023
Forme plateau (1h20) - création décembre 2023

tout public • théâtre itinérant • seul en scène

affiche CQFD.jpg

9 au 12 janvier

résidence de création forme itinérante
Scène Europe (Saint-Quentin) 

28 mars

2 représentations scolaires et tout public
Cormeilles en Parisis
Création forme hors les murs 2023

création forme hors les murs
06 et 10 février

10 représentations scolaires et tout public
Saint Quentin (02)

9 février à 19h - Médiathèque Maupassant
(tout public)

20 au 24 mars

10 représentations scolaires et tout public
Garges les Gonesse

lundi 16 janvier à 18h

lecture
Théâtre La Reine Blanche (Paris) 

mardi 27 janvier à 11h30

lecture
Auditorium SACD (Paris) 

vendredi 13 janvier à 16h
& samedi 14 janvier à 11h

sortie de résidence
Scène Europe (Saint-Quentin) 

28 février à 18h30 - Médiathèque L'Eclipse
(tout public)

10 février à 18h - Musée Papillon
(tout public)

Autrice

Metteuse en scène

Interprète

Assistant mise en scène

Administration / Production

Diffusion / Production

Léonora Miano
Catherine Vrignaud Cohen
Calendrier prévisionnel 23/24

création forme plateau
décembre 2023

Karine Pédurand
Huma Rosentalski
Scène Europe (Saint-Quentin) 

février 2024

série parisienne
Théâtre La Reine Blanche (Paris) 
Johannah Ricouard
Martine Bellanza

RÉSUMÉ

Que signifie se déclarer « blanc » et désigner d’autres personnes comme étant « noires » ?

Qui a décidé que « l’Afrique » se nommerait ainsi ?

 

Loin des formules et pensées toutes faites, « Ce qu’il faut dire » vient bousculer les mots et les récits forgés par une Europe conquérante, détisser le langage de la colonisation et du capitalisme, pour retrouver le fil de l’humain − son désir de spiritualité et de beauté.

 

Karine Pédurand fait entendre la parole de la romancière Léonora Miano, une parole qui se veut « un chant, une célébration » pour sortir de la victimisation et réclamer haut et fort un droit à exister, dans le passé, dans le présent et dans l’avenir.

 

Quelle mémoire veut-on garder vivante ?

Peut-on se libérer des assignations et être soi ?"

NOTE D'INTENTION

« Ce qu’il faut dire » sort de la pensée manichéenne pour construire une « pensée complexe » (Edgar Morin). Et c’est ça qui me semble essentiel aujourd’hui. La simplification de la réflexion amène à des opinions qui ne sont pas construites. Avec cette nouvelle création, je questionne la relation entre l’Occident et l’Afrique, la relation que nous avons à la couleur de la peau, la relation que nous avons à l’altérité, comme miroir de notre humanité. En mettant scène « Ce qu’il faut dire », je pose au centre du débat la nécessité d’une remise à plat des relations humaines, loin de toutes les formes de dominations existantes.

Co-production

Ville de Saint Quentin, Théâtre du Cormier (Cormeilles en Parisis) et Espace Lino Ventura (Garge les Gonesses)